tanger_med
​« Il y a au Maroc une stratégie, un élan, une perspective, auxquels Sa Majesté imprime une impulsion toujours renouvelée »

Depuis septembre 2015, un nouvel ambassadeur français s’est installé au Maroc. Successivement ambassadeur en Syrie, en Irak puis au Vietnam, Jean-François Girault était depuis 2012 directeur d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères et du développement international. Il est membre du Conseil d’administration de l’Institut du Monde Arabe depuis 2014. Il a livré ses premières impressions sur le pays qui l’a accueilli à conjoncture.info. Pour lui, le Maroc reflète d’abord « le mouvement ; il y a au Maroc une stratégie, un élan, une perspective, auxquels Sa Majesté imprime une impulsion toujours renouvelée ».

Il cite notamment les nombreux plans de développement économique, tous plus ambitieux et attractifs, que la France soutient avec vigueur. Ainsi, le Plan d’accélération industrielle (PAI) 2014-2020 qui aurait déjà permis à plusieurs filières de se structurer en écosystèmes à part entière. Plusieurs secteurs d’activité émergent, entre autres l’automobile et l’aéronautique, en passant par la logistique.

Par ailleurs, Paris a bien conscience de la structure entrepreneuriale du marché marocain et le soutien aux PME est affirmé comme prioritaire : « Lors de sa visite au Maroc, le Secrétaire d’État chargé du Commerce Extérieur, M. Matthias Fekl, a annoncé la mise en place d’une ligne de financement d’un montant de 25 millions d’euros à destination des PME marocaines achetant des biens et services venant de France. »

M. Girault note également un certain rééquilibrage géographique : on voit l’émergence de nouveaux pôles d’activité en-dehors des centres historiques que sont Casablanca et Rabat. C’est l’occasion de citer Tanger Med, un port construit il y a seulement dix ans bordé par une zone franche d’activités industrielles et logistiques le long du détroit de Gibraltar, et d’Agadir, la plus grande station balnéaire du royaume qui jouit de non moins de 6% de croissance par an. Et d’ajouter : « En faisant preuve d’audace, les opérateurs français ont de vraies opportunités. Nous devons nous mobiliser dès l’amont. » à propos notamment de Kenitra, un port du nord-ouest du pays, que l’ambassadeur voit devenir prochainement un incontournable des centres d’activités marocains.

Par ailleurs, le Maroc se démarque par son ouverture à l’international et sa totale adéquation avec le libre-échange. Des négociations sur un accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) entre le royaume et l’Union Européenne ont été lancées en mars 2013. Rappelons à ce titre que le Maroc est le premier bénéficiaire de la politique européenne de voisinage et de l’aide financière à hauteur de près de 200 millions d’euros par an. Le royaume continue d’attirer de nombreux investisseurs et M. Girault rappelle que la France peut se féliciter non seulement d’être le premier investisseur au Maroc mais également d’être la première destination des IDE issus du Maroc : « La France est de loin le premier partenaire économique du Maroc. Les investissements français représentent près de la moitié du stock des IDE et 750 filiales d’entreprises françaises, dont 34 du CAC 40, sont implantées sur le territoire marocain, assurant plus de 120 000 emplois. »

La coopération franco-marocaine renouvelée en septembre 2015 à l’occasion de la visite du Président François Hollande à Tanger se poursuit sur les terrains de l’enseignement secondaire et supérieur, de la formation professionnelle notamment sur la question de la propriété industrielle. Par ailleurs, afin de mettre en œuvre une action sur les collectivités territoriales, « la coopération franco-marocaine s’opère également au niveau des territoires. Afin d’amplifier cette dynamique, des Assises franco-marocaines de la coopération décentralisée se tiendront en 2016. »

En ce qui concerne les questions environnementales, la coordination des actions franco-marocaines est aussi une priorité affichée de l’ambassade : « L’Appel de Tanger pour une action solidaire et forte en faveur du climat, lancé le 20 septembre dernier par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et le Président François Hollande, symbolise la communauté de vue et d’ambition de la France et du Maroc face à ce que les deux pays considèrent comme l’enjeu planétaire majeur de ce siècle. » L’Appel a été exceptionnellement signé par les deux chefs de l’Etat et a permis au Maroc de se démarquer par un engagement précoce et ambitieux en marge de la COP21 qui s’est tenue en décembre dernier à Paris.

L’ambassadeur conclue sur une note plus qu’encourageante quant au devenir des relations franco-marocaines : « notre diplomatie économique dispose d’une équipe de France de l’export à la mesure des enjeux et des défis que nous assigne notre place de premier partenaire économique du Royaume ».

chinafrique
Chinafrique, Pékin investit pour sa “nouvelle route de la soie”

Xi Jinping a effectué du 19 au 23 janvier des visites au Moyen-Orient et notamment en Egypte qu’il veut voir devenir le nouveau carrefour de la production chinoise issue de sa « nouvelle route de la soie ». Une occasion de se pencher un peu plus sur la relation Chine-Afrique, qui fascine au moins autant qu’elle est critiquée. Alors, qu’en est-il vraiment du poids de Pékin sur le continent africain ?

Une relation historique avant d’être économique

Depuis les années 1950, le continent africain a été un terrain d’affrontement entre les blocs de l’Est et de l’Ouest. La Chine a donc très tôt manifesté son intérêt pour l’Afrique en soutenant les mouvements indépendantistes des Etats colonisés et en s’illustrant comme le premier pays non arabe à reconnaitre le gouvernement provisoire d’Algérie. A l’orée des années 2000, on a pu observer un retour en force de la Chine en Afrique, motivée par des besoins économiques, énergétiques mais aussi politiques.

Après les années 1980, l’Occident a délaissé l’Afrique fraichement décolonisée pour l’Europe de l’Est. C’est la Chine qui a permis grâce à ses achats de matières premières de maintenir les cours en Afrique et même de provoquer un renouveau économique dont ils ont du coup été les premiers bénéficiaires grâce à leur présence sur le continent.

En 2013, les échanges commerciaux sino-africains franchissaient la barre des 200 milliards de $ ce qui a renforcé Pékin dans son rôle de premier partenaire commercial de l’Afrique, détenu depuis 2009 au détriment des Etats-Unis et de l’Europe. Toutefois il faut garder à l’esprit que les investissements chinois en Afrique sont souvent surestimés : les Etats-Unis restent les premiers pourvoyeurs d’investissements directs à l’étranger sur le continent africain. Aussi, le cumul des investissements du Brésil, de la Russie et de l’Inde est supérieur à ceux de la Chine.

 

Une relation d’échange biaisée ?

Cependant, les termes d’un échange proprement « bilatéral » ne seraient pas tout à fait appliqués. Des reproches à l’égard d’une présence chinoise invasive et illégitime sont souvent âprement exprimés. Notamment la question de la main d’œuvre utilisée par les sociétés chinoises qui préféreraient travailler avec des Chinois expatriés qu’avec la population locale. Ici Pékin se défend en avançant que le nombre de Chinois travaillant à l’étranger ne serait que de quelques 800 milliers et que la population active fait déjà défaut à l’intérieur du pays. Mais les relations entre les sociétés chinoises et les locaux ne sont pas toujours au beau fixe. En février 2013, le gouvernement zambien avait dû prendre le contrôle d’une mine de charbon exploitée par une société chinoise au motif que celle-ci ne payait pas ses redevances et bafouait les normes environnementales et de sécurité.

On dénonce souvent un prétendu accaparement des terres africaines par les sociétés chinoises ; dans les faits, c’est simplement faux. Les propriétés foncières en Afrique détenues par des étrangers le seraient d’abord par les pays du Golfe et l’Europe avant la Chine selon la base de données International Land Coalition.

Pour certains, l’intérêt de Pékin pour l’Afrique viendrait de ce que la République Populaire de Chine lorgne dangereusement sur les ressources naturelles du continent. La dépendance énergétique est en effet devenue une préoccupation centrale pour Pékin qui s’inquiète d’une position d’importateur de ressources insoutenable quant au rôle mondial que la Chine doit désormais assurer. En Indonésie, les ressources pétrolières se sont raréfiées et il est devenu primordial pour le gouvernement chinois d’employer tous ses moyens à diversifier ses sources d’approvisionnement. Les ressources moyen-orientales ayant été largement accaparées par les Etats-Unis (à l’exception de l’Iran) et les ressources de la Mer Caspienne s’étant avérées finalement décevantes, l’Afrique s’est imposée d’emblée comme le puits de pétrole à acquérir pour Pékin. Cependant les difficultés rencontrées dans la zone du Proche-Orient par les Etats-Unis ont fini par ajuster la stratégie énergétique de Washington qui se tourne désormais lui aussi vers l’Afrique et le continent devient un terrain de confrontation entre les géants américain et chinois. Or le gouvernement chinois tient à se différencier de ses concurrents en adoptant une stratégie plus souple vis-à-vis de ses partenaires africains.

Au-delà des reproches que certains font à Pékin sur son ingérence physique en Afrique, on peut surtout admettre que l’Afrique a à craindre de sa dépendance à l’égard de la Chine. En décembre dernier, les effets d’un certain ralentissement de la croissance économique chinoise, ramenée à 7% selon les officiels, a été immédiatement ressenti par les économies africaines qui se reposent sur l’exportation de leurs minerais vers le géant chinois alors qu’elles étaient déjà fragilisées par la baisse des cours des matières premières. La Zambie et la République Démocratique du Congo ont été particulièrement touchées par ce recul de leurs exportations de platine et de cuivre, tandis que le Nigeria et le Liberia souffraient de la chute des cours du pétrole et du fer.

 

La stratégie de Pékin en Afrique

Le magazine chinois Outlook a souligné la singularité de la présence de Pékin en Afrique : « Depuis vingt ans, la raison pour laquelle le commerce sino-africain a progressé rapidement et a suscité l’envie de l’Occident est que la Chine ne s’ingère pas dans les affaires intérieures africaines et qu’elle est prête à payer à l’Afrique un prix plus élevé que les pays occidentaux ». En effet, la Chine privilégie les infrastructures et, contrairement aux Empires coloniaux occidentaux, ne conditionnent pas ses aides et ses crédits.

Pour Sébastien Le Belzic, directeur du site Chinafrica.info, la relation Chine-Afrique repose sur des liens de type économique : « Il s’agit d’entreprises publiques chinoises qui financent et construisent des infrastructures sur le continent africain en échange de concessions sur les matières premières, sur les terres, ou de prêts à taux négociés » de sorte que la relation est mutuellement bénéfique. Il souligne toutefois que la Chine n’est pas dupe au point de s’attendre à ce qu’on lui rembourse les investissements massifs qu’elle fait en Afrique, et d’ailleurs sa position de géant économique ne le requière pas absolument. Les financements chinois en Afrique sont du coup particulièrement opaques mais l’Afrique doit nécessairement s’ouvrir à d’autres partenaires pour ne pas être entravée dans son développement par sa dépendance envers Pékin.

En 2006, Pékin avait proposé d’instaurer six zones économiques spéciales (ZES) sur le modèle de Shenzhen en Afrique pour accroitre le développement de l’industrie africaine et à terme changer les modalités de l’échange. Pékin joue aussi sur un registre de « cadeau généreux » dans ses discours pour valoriser la fameuse amitié sino-africaine.

En décembre 2015, le sommet Chine-Afrique à Johannesburg s’ouvrait sur cette déclaration de Xi Jinping : « La Chine a décidé d’octroyer un total de 60 milliards de dollars d’aide financière incluant 5 milliards de prêts à taux zéro et 35 milliards de prêts à taux préférentiels », une somme au total trois fois supérieure à celle promise en 2012 lors du dernier sommet sans toutefois qu’aucun calendrier ne soit annoncé. Les projets de la Chine en Afrique ont été exprimés sur des sujets tout à fait divers : grands projets de réseaux d’infrastructures et d’industrialisation, divers programmes de coopération dans des domaines tels que l’agriculture, la sécurité, la santé ou encore le développement vert, octroi de bourses aux étudiants, création de centres de formation, projets de « vie heureuse » pour lutter contre la pauvreté…

 

Le point d’arrivée de la nouvelle « route de la soie » en Egypte ?

Xi Jinping a invité l’Egypte à participer au sommet du G20 qui se déroulera en septembre 2016 à Hangzhou (j’y serai). Alors que l’économie chinoise est largement montée en puissance ces dernières années, l’Egypte pourrait en profiter pour répondre à ses besoins de fonds, elle qui finance à hauteur d’un quart de son budget national les subventions à l’énergie et les produits de première nécessité. Xi Jinping se rendra dans les jours qui viennent en Egypte pour entériner toute une série d’accords économiques vitaux pour son partenaire soit 15 projets d’investissement pour une valeur de 15 milliards de $. Une occasion pour Pékin de renforcer ses liens avec Le Caire où il avait inauguré il y a 10 ans maintenant la première de ses ZES.

Pour le gouvernement chinois, il s’agit surtout de donner corps au projet fou de Xi Jinping de recréer la Route de la Soie qui a fait toute la grandeur de l’Empire chinois. L’Egypte deviendrait alors la porte d’entrée de l’Afrique et du Moyen-Orient pour les producteurs de textile chinois.

La Chine a également intégré Le Caire et Johannesburg à banque asiatique d’infrastructures, une institution qui se veut alternative au FMI et à la Banque Mondiale et qui pourrait engager de nouveaux prêts en Egypte et Afrique du Sud (les seuls pays africains qui font pour l’instant partie de la BAII). D’ailleurs Pékin lance un projet estimé à 45 milliards de $ pour doter l’Egypte d’une nouvelle capitale administrative, une initiative qui résonne en marge de la découverte de gisements offshore au large de l’Egypte fin 2015. Les entreprises de textile chinoises affluent désormais sur les bords du Nil pour préparer le nouveau carrefour de la production chinoise en Afrique, de même que les touristes qui investissent les pyramides par centaines de milliers chaque année.

afrique_commerce
L’Afrique, un marché qui regorge d’opportunités

Une classe moyenne plus optimiste, attachée aux marques et connectée est en train d’émerger en Afrique. En 2013, Deloitte estime qu’elle représentait 375 millions d’Africains, soit 34% de la population du continent. Et pourtant 60% de ces individus vivent avec 1,7 à 3,5€ par jour seulement ! Cette classe moyenne nourrit bien des convoitises pour les multinationales avides de conquérir un nouveau marché de consommateurs, mais encore faut-il bien la cerner.

Un marché de plus en plus attractif

La croissance de cette classe moyenne est largement tirée par les jeunes Africains : d’après Deloitte, d’ici 2030, le continent devrait compter 321 millions d’individus entre 15 et 24 ans. Et tous ces jeunes vont aspirer à plus de diversité en ce qui concerne les produits alimentaires, les produits de consommation et les loisirs qui leur sont proposés. Dans les pays où on constate la croissance la plus rapide tels que l’Egypte, le Maroc, le Nigeria ou encore le Cameroun, le jeunes sont plus optimistes que jamais quant à leur situation financière. Ces jeunes consommateurs seraient d’ailleurs plus sensibles à la qualité des produits qu’à leur coût malgré des revenus encore faibles pour la grande majorité d’entre eux.

L’urbanisation va également être un moteur du développement de cette classe moyenne. D’ailleurs, les zones urbaines africaines ont tendance à se développer au-delà des frontières nationales créant ainsi des marchés et des zones d’opportunités de taille considérable.

Le développement du continent pourrait être enrayé par certaines difficultés encore prégnantes : manque d’infrastructures, logistique peu fiable ou problèmes d’insécurité. Mais les besoins de consommation des Africains ont d’ors-et-déjà été pris en charge par la population : la croissance des technologies numériques mobiles a permis au continent africain de devenir le leader mondial du secteur de la vente en ligne.

 

Les controverses autour de l’émergence de la classe moyenne africaine

Un consensus général entoure le fait que l’Afrique serait devenue « la nouvelle Asie » et qu’elle aurait atteint l’âge de la consommation, ou en tout cas qu’elle le ferait très prochainement. On a rarement été aussi optimiste quant aux possibilités des investisseurs internationaux en Afrique. Et pourtant Nestlé a semé le doute en réduisant ses effectifs de 10% dans 21 des pays africains où le groupe est implanté sous couvert de la déclaration du directeur général Afrique équatoriale du groupe selon laquelle « la classe moyenne, dans la région, est extrêmement faible et ne croît pas vraiment ».

Il est vrai que même si on parle beaucoup des consommateurs africains, il est encore difficile de bien cerner leurs comportements, leurs goûts et leurs besoins. La Banque Africaine de Développement a établi que la majeure partie de la dite classe moyenne africaine ne vivrait qu’avec 2 à 4 $ par jour et formeraient ainsi une sorte de « floating class ». Or pour certains observateurs, cette floating class ne saurait être admise comme appartenant à une classe moyenne en ce que leurs comportements de consommation sont très restreints et que leur situation financière ne leur permet ni d’épargner, ni de financer de quelconques projets par le recours à l’emprunt bancaire.

Ipsos a réalisé une étude fondée non pas sur les ressources individuelles mais sur celles des ménages africains : l’institut français a ainsi dégagé deux groupes de ménages, entre ceux qui disposent de 12 à 25$ par jour et ceux qui en disposent de 25 à 50. Dès lors, la classe moyenne africaine ne serait plus établie à 34 mais à 13% de la population africaine, soit près de 143 millions de personnes. En tout cas, la Banque Mondiale confirme que la croissance économique du continent va soutenir l’essor de cette classe moyenne jusqu’à faire émerger une véritable société de consommation en Afrique.

Cela étant dit, quand bien les Africains ne forment pas encore de classe moyenne massive, le « bottom of the pyramid » peut tout à fait représenter une opportunité de développement pour les entreprises disposées à faire du business autrement. Cela suppose que les producteurs soient capables de vendre à faible coût des volumes importants afin de permettre aux populations encore lésées par la croissance de bénéficier d’un meilleur accès aux biens et aux services. De nombreuses études ont insisté sur le potentiel de consommation de la frange pauvre de la population en avançant notamment les exemples du marché mobile et d’Internet dont la croissance a été deux fois plus rapide en Afrique que dans le reste du monde.

Par ailleurs, cette classe moyenne n’est pas homogène sur l’ensemble du continent. Selon le pays on l’où se trouve, un même revenu ne donne pas accès au même panier de biens et les comportements des consommateurs ne sont pas non plus les mêmes. Effectivement, d’après Hélène Quénot-Suarez, « quelqu’un qui n’est pas sûr de la stabilité politique de son pays ne consomme pas de la même manière qu’une personne qui l’est. De même, un ménage qui n’a pas d’électricité tous les jours fait ses courses différemment de celui qui y a accès en permanence. Cela change les pratiques les plus basiques, comme la fréquence d’achat des produits frais ».

 

Une aubaine pour les entreprises francophones

La situation actuelle de l’Afrique témoigne du fait que le continent ne souffre pas d’une demande insuffisante mais plutôt d’une offre en berne. A ce titre, l’Afrique attire de plus en plus d’investisseurs, bien que ces derniers doivent s’adapter à un marché en pleine ébullition et qui a déjà ses propres codes.

Coca-Cola, Unilever ou Nestlé n’ont pas eu le succès escompté en s’implantant sur le continent, quelle leçon peut-on tirer ? Tout d’abord, toute est une question de dosage : les entreprises étrangères doivent prendre en compte des stratégies qui ont fait leur preuve sur de nouveaux marchés de consommation mais ne doivent pas négliger les particularités des marchés africains en proposant des modèles inédits. Rester fixés sur les caractéristiques des consommateurs indiens ou chinois n’est pas suffisant, il faut également s’inspirer des pratiques des producteurs locaux qui ont déjà cernés tous les tenants et aboutissants du marché où ils sont implantés. On peut retenir à ce titre le succès des entreprises télécom qui ont su adapter leur offre à l’Afrique notamment par le mobile banking.

Après avoir ouvert un centre commercial en décembre dernier, la Fnac devrait ouvrir son second magasin à Abidjan, en Côte d’Ivoire en février 2016. Le groupe français s’est pour cela appuyé sur le groupe local Prosuma (Société Ivoirienne de Promotion des Supermarchés). De nombreuses autres enseignes ont déjà jeté leur dévolu sur l’Afrique telles que Casino, Système U ou encore Carrefour, et d’autres sont encore amenées à le faire. Que ce soit dans le domaine de l’agro-alimentaire ou dans ceux des produits de luxe (L’Occitane) et du prêt-à-porter (Beaumanoir), les entreprises françaises ont saisi leurs avantages à s’implanter en Afrique et la tendance s’accélère. L’avantage dont dispose les investisseurs francophones est issu d’étroits liens historiques avec la région mais ils vont devoir faire attention à prendre position rapidement.

internet_monde_arabe_OkINJm7_HOlVgH6_z0HuFMs_Sg9IhDn
Internet dans le monde arabe, une solution à l’expansion de la jeunesse ?

Véritable accélérateur de développement, l’internet haut débit offre de nouvelles opportunités pour les jeunes du monde entier en permettant par exemple à des jeunes filles qui en sont privées d’accéder à l’éducation, à des minorités marginalisées de disposer d’un espace d’expression mais aussi à une économie de faire progresser la compétitivité et l’intégration internationale. Comment l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient ont-ils entamé le virage du numérique ?

 

La pression croissante de la jeunesse sur le monde arabe

Les pays arabes ont prouvé que croissance économique ne rimait pas forcément avec développement : les inégalités sociales étaient littéralement criantes il y a encore 5 ans. La question est toutefois encore loin d’être réglée, puisque l’OIT établit encore le taux de chômage des jeunes à respectivement 30,5 et 28,2% en Afrique du Nord et au Moyen-Orient en 2014.

Les possibilités de croissance à court terme, déjà affaiblies par la relative instabilité politique de la région, ne doivent pas être envisagées en-dehors de la capacité des pays arabes à créer suffisamment d’emplois, en particulier pour les travailleurs qualifiés. Les économies des pays arabes sont dominées par de petites entreprises (en grande majorité disposant de moins de 50 salariés) et par des activités agricoles. Ces constellations de PME, quand bien même elles regorgent d’un fort potentiel, ne se développent finalement quasi jamais assez pour entrainer des créations d’emplois. Or les secteurs qui offrent le plus de possibilités de développement sont l’agriculture, la construction et le tourisme – des secteurs en somme peu enclins à créer des emplois qualifiés et particulièrement sensibles aux aléas conjoncturels du climat, de l’économie mondiale et de la gouvernance politique.

La pression exercée par les jeunes sur le marché du travail régional est une réalité qui ne tend pas à s’estomper : la population active devrait passer de 125 à 167 millions de personnes d’ici 2030, soit une augmentation de plus d’un tiers en une quinzaine d’années. La question de l’emploi de cette masse salariale est bien sûr devenue la grande priorité des gouvernements, mais d’autres enjeux émergent de ce contexte d’accroissement démographique.

 

Développer la connectivité, une nécessité pour redynamiser la région

En effet la question de la connectivité se pose de plus en plus dans une région où les jeunes de 15 à 24 ans représentent environ 30% de la population. L’accès à l’internet haut débit devient une condition sine qua none à l’émergence d’initiatives entrepreneuriales locales pour toute économie qui se veut tournée vers l’avenir. Ce ne sont rien de moins que les médias sociaux, les plateformes de crowdsourcing, l’enseignement à distance ou encore les blogs éducatifs qui permettront aux jeunes de ces pays en mal d’opportunités d’emploi d’appréhender les défis auxquels ils font face, et de trouver eux-mêmes les solutions qui vont leur permettre de pouvoir faire émerger les nouveaux atouts de la région méditerranéenne.

Au-delà des seuls jeunes, ce sont les économies de la zone dans leur globalité qu’Internet va faire croître : non seulement le réseautage social est un pré requis pour les start-up et les jeunes entreprises en ce qu’il leur permet d’accroitre considérablement leurs débouchés, mais l’internet haut débit permet aussi aux entreprises locales d’atteindre des marchés plus vastes et pourquoi pas de se développer à l’international.

 

Profiter du potentiel propre au monde arabe pour développer les opportunités du numérique

Ce n’est pas par défaut de talents ou de ressources que le monde arabe fait état d’un des plus bas taux de pénétration du haut débit mais bien à cause du coût de l’accès aux technologies du numérique. La Banque Mondiale estime en effet que le coût d’un abonnement mensuel à l’internet haut débit reviendrait à plus de 26% du revenu de la moitié des Marocains !

Pour la Banque Mondiale, le désenclavement du marché de l’internet haut débit dans le monde arabe doit passer par l’émulsion de la concurrence, notamment en favorisant la compétition, et en démantelant les conglomérats qui se partagent avidement le marché actuel où ils ne favorisent ni la baisse des prix, ni l’amélioration de la qualité des services. Pour exemple, la libéralisation des marchés de l’internet en Europe de l’Est et en Asie sur le plan des infrastructures, des réseaux mais aussi des services et des contenus a permis de développer un potentiel jusque-là sous-estimé.

La CNUCED rejoint cette conclusion et soutient que le fossé entre le monde arabe et le reste du monde en termes d’accession à l’internet haut débit tient principalement à la structure du marché, de la compétition et de la gouvernance. Elle propose également de s’appuyer sur l’utilisation des câbles de fibres-optiques des services de transport et d’énergie pour renforcer la connectivité sur la zone.

Les bailleurs de fonds étrangers ne s’y sont pas trompés : le secteur des télécommunications est depuis ces dix dernières années la principale source d’attraction des IDE à destination du monde arabe. Il suffirait alors que les gouvernements mettent en place un cadre favorable pour que ces fonds soient alloués au développement du numérique afin de garantir l’essor rapide de l’internet haut débit.

Les défis sont encore conséquents d’ici à ce que le monde arabe devienne la nouvelle économie digitale de demain, mais le potentiel de la région est d’autant plus intéressant que les acteurs sociopolitiques locaux font pression pour qu’advienne ce changement.

maroc
3 raisons de développer son activité au Maroc

Recruter des talents et trouver des partenaires d’affaire dans le bassin méditerranéen nécessite une certaine connaissance des marchés locaux, de leur politique d’attractivité économique, de leurs rapports avec les investisseurs étrangers. Les options qui s’offrent aux entreprises en mal de développement à l’international en Méditerranée sont nombreuses et variées.Le Maroc s’illustre pour sa part par une politique économique attractive pour les investisseurs étrangers (développement des infrastructures, fiscalité attrayante, soutien aux créations d’entreprises).
 

1. Le Maroc, terre d’asile pour les investisseurs étrangers

Depuis les dernières années, le Maroc a mis en place une stratégie volontariste pour attirer les investisseurs étrangers. Celle-ci a plutôt bien marché : elle a fait du pays l’un des plus attractifs du monde arabe. Si on considère que les investisseurs étrangers ne sont souvent guère scrupuleux en termes de ressources humaines, le Maroc a privilégié la promotion de son développement technique et a fait miroiter aux investisseurs l’accès au marché intérieur marocain. Au niveau national, le Maroc a mis en place toute une batterie de programmes visant à encourager ses entreprises : agences de facilitation des investissements, aide à la création d’entreprise, centres régionaux d’investissement. Cela dit, ces agences privilégient plutôt les IDE que les investissements des nationaux.

La stratégie marocaine porte donc ses fruits : les investisseurs étrangers s’implantent de plus en plus dans le royaume et, au-delà de leurs secteurs de prédilection traditionnels (tourisme, textile, industrie), opèrent désormais dans des secteurs plus innovants (automobile, aéronautique et activités de sous-traitance mécaniques liées).

 

2. Les efforts considérables du royaume en termes de ressources humaines

Bien conscient que les investisseurs étrangers peuvent avoir des standards assez exigeants en termes de ressources humaines, le Maroc s’est aussi engagé depuis une dizaine d’années à travailler sur son développement humain et social. Le pays s’engage à différents niveaux : amélioration de sa formation initiale par la création de partenariats entre ses universités et de prestigieuses écoles étrangères, programmes de réduction des déficits sociaux en zones rurales, incitation à l’embauche par le biais de subventions et d’avantages fiscaux aux entreprises implantées sur le sol national.

 

3. La mise à l’agenda de réformes institutionnelles en faveur des investisseurs étrangers

L’Etat marocain est par ailleurs en train de faire évoluer ses institutions et de se mettre en retrait par rapport aux activités de production. Il se concentre désormais sur la régulation, la supervision et le contrôle d’un secteur privé en pleine expansion. Les flux d’IDE entrants s’expliquent surtout par les privatisations suite à un ambitieux programme lancé en 1990.

Le temps des réformes est donc venu pour l’administration qui devrait permettre l’accès à des prestations de meilleure qualité à moindre coût.

entretien_pro
3 règles pour décrocher votre premier emploi !

Vous avez votre diplôme en poche, vous êtes bien reposé, des vacances bien méritées après des années d’études et de rendement. Maintenant vous êtes seul face à votre premier challenge : trouver votre premier emploi. Il n’est pas question de rater ce premier job, alors on s’organise !

 

Règle n°1 : Choisissez l’entreprise qui vous fera grandir

Comment choisir la société pour laquelle vous voulez postuler ? Si vous avez déjà réalisé un bilan de carrière, vous êtes en mesure de connaitre vos objectifs de carrière et votre projet professionnel.

Vous pouvez vous connecter sur les sites de recrutement pour connaitre les entreprises qui recrutent dans votre ville, partez à la chasse à l’information, il est important de postuler pour répondre à un besoin, les candidatures spontanées ne sont pas très probantes.

Ne regardez pas uniquement les salaires ou les intitulés du poste, favorisez l’entreprise qui vous permettra d’acquérir une formation solide et qui dans quelques années donnera de la valeur à votre CV, c’est votre future « carte de visite ». Choisissez l’entreprise qui propose la formation continue, favorise la promotion interne et qui jouit d’une solide renommée sur le marché : vous allez acquérir l’expérience et l’expertise et dans deux années ou trois vous aurez le choix du marché pour vous !

 

Règle n°2 : Soignez votre CV et votre lettre,

C’est votre image « couchée » sur papier. Le DRH ou le recruteur reçoit votre CV avant de vous recevoir, il doit être parfait et être VOUS.

Pour préparer un bon CV, il y a des règles d’or à suivre : D’abord choisir une forme simple et lisible. Prenez le temps de rédiger votre CV en plusieurs parties claires : Présentation, Projet professionnel, Études, Expériences professionnelles, Autres Compétences…

Evitez de mettre une photo sur votre CV, et si c’est demandé, choisissez une photo qui vous ressemble, tout en étant sobre, prenez des photos chez des professionnels que vous pourrez utiliser ensuite pour votre dossier de recrutement.

Pour la mise en page de votre CV, optez pour des couleurs neutres : Noir / Bleu / Gris, votre CV doit rester professionnel et donner envie de vous rencontrer.

Ensuite, suivez les mêmes règles pour votre lettre de motivation : professionnelle, sobre et succincte, évitez les formules de politesse lourdes et à répétition.

 

Règle n°3 : Soignez votre apparence et renseignez-vous sur le recruteur

Vous avez gagné le pari et vous avez décroché votre premier rendez-vous : allez sur le Net, et prenez le maximum d’informations sur l’entreprise, sur le recruteur et sur ses managers : Linkedin, Viadeo … Expériences, domaines d’expertises, Charte des valeurs…

Il faut absolument préparer votre entretien : La veille, reposez-vous et préparez vos affaires. Préférez des vêtements sobres : Chemise simple avec pantalon ou jupe droite. Évitez les accessoires trop imposants et les couleurs qui risquent de heurter la sensibilité de votre interlocuteur. Vous allez en entretien en vainqueur certes et vous devez surtout vous adapter, n’imposez pas votre style !

Enfin le jour J, restez vous-même et, la règle d’or : apprenez à avoir un discours positif et surtout à garder une grande ouverture d’esprit.

Vous êtes jeune lauréat et la vie est devant vous, montrez-le !

 

Hanane Oubibar,
Directeur de SEITON Consulting,
Consultante en management des ressources humaines
et coach professionnelle

S’inscrire à la newsletter