img2
Naples, Silicon Valley à l’ombre du Vésuve,

C’est à Naples qu’Apple a choisi d’installer sa première « iOS Developper Academy » au sein de l’Université Federico II, une formation gratuite de neuf mois pour apprendre à créer, mettre en avant et vendre de futures applications développées sur iOS.
L’initiative vient de la rencontre en janvier dernier entre l’ex premier ministre italien Matteo Renzi et le PDG d’Apple, Tim Cook.
Interrogé sur le choix d’ une ville comme Naples pour cette première, Cook avait répondu au journal « La Repubblica » que c’était notamment pour le fort esprit d’entrepreneuriat de la ville italienne.

L’objectif  est de former gratuitement des jeunes geeks européens au développement, mais aussi à la mise en avant d’applications sur le système d’exploitation iOS, des développeurs agiles et polyvalents, capables de s’adapter à chaque genre d’entreprise ou de startup.

Les neuf mois d’apprentissage sont rythmés par des projets en groupe et des présentations devant un auditoire. Un iPhone, un iPad et un MacBook sont offerts à chaque étudiant par Apple.

Cette année, la première promotion compte 200 élèves pour 4.000 candidatures.

L’enseignement personnalisé est l’un des points forts du cursus, ici, pas de cours magistraux, mais une pédagogie par projet. Les profs surnommés « mentors » donnent plus de conseils pratiques que de cours formels. De plus, sont organisés des Inspirational Talks, sorte de master class très populaires dans les grandes écoles internationales, avec des intervenants venus de tous les secteurs du numérique. L’étudiant n’est pas seulement formé à améliorer ses compétences de programmation informatique, mais encore ses capacités entrepreneuriales et ses propres qualités.

Si les deux tiers des étudiants viennent de Naples et de sa région, l’ensemble des cours est dispensé en anglais, permettant un recrutement international.

La deuxième promotion débutera la formation en octobre 2017 avec un objectif affirmé de compter  davantage de filles (Seulement 15% pour la première promotion) et d’internationaux. Il est prévu d’augmenter aussi de façon  significative le nombre de jeunes formés qui devrait passer de 200 à 400 élèves pour atteindre, d’ici trois ans, un effectif de 1.000 étudiants.

En lançant un nouveau pôle de créativité, la ville de Naples verra émerger d’autres startups.

Gageons que  cette initiative donnera des ailes aux jeunes dans cette région de l’Italie du Sud.

Pour Convergence

Pascale Landriq

img3
Maroc, un projet ambitieux avec les chinois : la “Cité Mohammed VI Tanger Tech »

Le Maroc a signé une convention avec le groupe chinois Haite pour l’édification d’une “ville industrielle” près de Tanger , elle accueillera environ 200 compagnies chinoises et devrait créer 100 000 emplois.

Le Maroc mène ces dernières années une politique d’industrialisation très dynamique, notamment à Tanger, ville d’un million d’habitants qui abrite aujourd’hui plusieurs parcs industriels.

Porte du Maroc vers l’Europe, l’Atlantique et la Méditerranée, Tanger se veut un hub industriel depuis la création de zones franches (Tanger Free Zone et Tanger Automotive City) et d’un port en eaux profondes (TangerMed).

Le secteur automobile est particulièrement développé, Renault y a installé sa plus grande usine d’Afrique sur une zone franche.

En septembre dernier, l’avionneur américain Boeing avait annoncé la création d’une zone industrielle spécialisée pour ses sous-traitants, dans la même région.

La « Cité Mohammed VI Tanger Tech »,  qui sera érigée sur 2.000 hectares est un projet porté par la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, par le chinois Haite et le groupe marocain BMCE Bank.

Il consiste en la construction d’un pôle économique capable de générer 100.000 emplois. L’investissement total des entreprises dans la zone après dix ans atteindra 10 milliards de dollars.

Selon le plan préliminaire, la construction sera étendue sur une période de 10 ans visant à créer une nouvelle ville intelligente internationale, intégrant l’écologie, l’habitabilité, l’industrie et l’innovation.

Le chef du gouvernement marocain El Othmani a présidé le 17 juillet une réunion consacrée au suivi des étapes de réalisation du projet de création de la ville nouvelle. Le communiqué, publié à l’issue de l’entretien, précise que  «Cette réunion a permis de s’arrêter sur les étapes franchies par le projet de la Cité Mohammed VI Tanger Tech, depuis l’annonce de son lancement» et que «la première tranche de ce projet, relative au volet industriel, sur une superficie de 500 ha est en cours d’aménagement et de préparation, conformément aux délais prévus».

De quoi insuffler encore plus de vitalité à cette région déjà bien dynamique !

Pour Convergence

Pascale Landriq

 

img1
Silver entrepreneurs, le vent en poupe !

S’ils véhiculent encore trop souvent l’image de salariés sur le déclin, il semblerait pourtant que les seniors soient de plus en plus décidés à contourner cette mise à l’écart en faisant le choix d’inventer leur emploi en créant ou reprenant une activité à leur compte. Le nombre de seniors entrepreneurs ne cesse en effet d’augmenter.
Selon un rapport du Global Entrepreneurship Monitor (GEM) portant sur des données collectées entre 2009 et 2016, le nombre d’entrepreneurs de plus 50 ans dépasse pour la première fois celui des entrepreneurs de moins de 30 ans

L’Europe affiche les taux les plus bas de seniors entrepreneurs : à peine 4% ont déjà lancé leur affaire et 6% prévoient de le faire dans les trois prochaines années.

L’Afrique subsaharienne, en revanche, affiche des taux record (respectivement 19% et 35%), juste devant l’Amérique latine (14% et 27%) et les pays du Moyen-Orient (7% et 23%).

En France la tendance est soulignée dès 2013 par l’Observatoire Alptis dans son étude « Seniors : les nouveaux entrepreneurs » . L’éclairage du sociologue Serge Guérin nous invite à changer notre regard sur  les 22 millions de Français, âgés aujourd’hui de plus de 50 ans en pointant l’émergence de ces seniors entrepreneurs. L’ essor est devenu significatif notamment depuis la création du statut d’auto entrepreneur en 2009.

Il semblerait que les femmes y soient encore sous-représentées puisque parmi ces seniors actifs elles ne représentent qu’un peu moins d’un tiers de l’ensemble des entrepreneurs et un peu plus d’un cinquième des auto-entrepreneurs.

D’après Thomas Schøtt, professeur en entrepreneuriat à l’Université du Danemark du Sud et auteur principal du rapport GEM, « Avec approximativement 16% de la population mondiale âgée de plus de 55 ans, l’activité entrepreneuriale aux âges plus avancés touche directement 1,2 milliard de personnes »

Pour Convergence

Pascale Landriq

S’inscrire à la newsletter