bayer-ag-marijn-dekkers-werner-baumann
Bayer tente d’acquérir Monsanto au prix de 59 milliards d’euros

Le leader des organismes génétiquement modifiés Monsanto a reçu une offre de la part de son concurrent Bayer. Mais la société allemande de chimie et de pharmacie a vu son offre de rachat de 62 milliards de dollars (55 milliards d’euros) rejetée.

Le conseil d’administration de la société Monsanto a « unanimement jugé l’offre de Bayer incomplète et financièrement inappropriée mais reste ouvert à poursuivre des discussions constructives ».

En réaction à la décision du conseil le groupe Bayer a légèrement relevé son offre à 125 dollars par action (ce qui représente 59 milliards d’euros).

Cependant le groupe américain continue de faire monter les enchères. Celui-ci a indiqué fin juin 2016 avoir des discussions en cours avec d’autres acheteurs potentiels et envisager également d’autres solutions.

syrie123
Syrie: Un accord signé entre Washington et Moscou pour une trêve en Syrie

Une éventuelle possibilité de paix

Après des heures de négociations  le secrétaire d’Etat américain, John Kerry et le ministre des affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov ont conclu un accord le week-end du vendredi 9 au samedi 10 septembre à Genève.

Le texte prévoit notamment une trêve nationale à compter de Lundi 12 septembre. Si le cessez-le-feu tient pendant une semaine, des opérations humanitaires ainsi que des actions coordonnées contre les groupes islamistes via un « centre de commandement commun » seront lancées.

Alep, clef du conflit

Bien que cet accord soit censé s’imposer à tous et sur l’ensemble du territoire, son enjeu se déroulera d’abord à Alep. La ville étant le principal front, son enjeu est d’autant plus décisif pour la suite du conflit.

l’ASL ou Armée syrienne libre, la branche modérée de la rébellion, a certifié dimanche dernier aux autorités étasuniennes qu’ils souhaitaient « coopérer positivement » à cet accord, malgré quelques réserves sur ses modalités.

En effet, l’échec de la précédente trêve en février dernier, violée par les avions du régime, pose le doute de l’effectivité de ce cessez-le-feu. Les rebelles déplorent l’absence de sanctions en cas de non-respect des clauses du nouvel accord.

Un accord fragile

Le climat de tension rend les négociations d’autant plus laborieuses. Des frappes d’avions non identifiés ont tué au moins 62 personnes au nord-ouest dans la zone insurgée d’Idlib à l’heure où les habitants faisaient leurs achats pour célébrer l’Aïd el-Kébir.

devoirs-maison-ecole-a-la-maison-instruction-a-domicile-parent-enfant
Expat : ce qu’il faut savoir sur l’enseignement à distance

Les parents expatriés peuvent choisir pour leurs enfants entre l’inscription dans une école locale ou dans une institution d’enseignement française gérée par l’AEFE. Si la deuxième solution permet aux enfants de mieux appréhender leur retour en France, elle n’est pas accessible à toutes les bourses. Les tarifs de ces institutions dépendent du pays dans lesquels elles se trouvent et sont particulièrement élevés aux Etats-Unis et en Asie.

 

Enseignement à distance ou scolarisation sur place ?

Certains parents préfèrent donc opter pour l’enseignement à distance. Dispensé par le CNED (Centre National d’Enseignement à Distance, organisme public), il est entièrement réalisé à partir de supports multimédias ; un bon ordinateur et une bonne connexion internet sont donc requis. Les cours et les exercices sont envoyés par mail. Ils suivent les programmes d’étude officiels et sont adaptés à tous les enfants de la maternelle jusqu’en terminale. Les tarifs sont généralement bien plus accessibles que les écoles françaises ou locales.

Il est conseillé d’allier scolarisation sur place et cours à distance en compléments. Les programmes complets d’enseignement à distance sont considérés comme assez lourds pour les enfants. En général, les parents scolarisent quand même leurs enfants sur place et profitent de l’enseignement à distance pour enrichir les cours dispensés par exemple en français ou en maths.

Pour souscrire à un programme d’enseignement complet, les parents doivent demander l’autorisation auprès du conseiller culturel de l’ambassade de leur pays d’accueil qui fait office de conseiller académique. Ce genre d’enseignement convient tout particulièrement aux familles qui restent peu de temps dans leur pays d’accueil. Si les enfants sont déjà scolarisés sur place, ils peuvent suivre en plus deux matières à distance.

 

Comment faire “l’école à la maison”

Il n’y a pas de différence de niveau notoire entre les élèves qui suivent l’enseignement à distance et ceux qui sont scolarisés sur place, les résultats du bac à l’étranger en témoignent. Pour autant, les parents qui choisissent cette option doivent s’assurer de la rigueur et de la discipline de leurs enfants.

Il faudra contrôler leur apprentissage, s’investir dans les cours pour les aider et prendre du temps pour les soutenir. Mais attention, aucune compétence professorale n’est requise pour dispenser l’école à la maison : les parents font simplement office de relais entre les enfants et les professeurs des structures d’enseignement à distance. Jongler entre les casquettes d’enseignant et de parent peut paraître compliqué mais des petits choses peuvent aider : par exemple, en aménageant un espace dédié à l’école dans la maison.

Dans tous les cas, les parents ne sont pas livrés à eux-mêmes dans leur démarche : les structures d’enseignement à distance délivrent des indications pédagogiques précises et conseillent largement les parents.

En termes de temps, l’école à la maison représente un investissement moindre que les 6 heures de cours par jour dispensés dans les écoles. 3 à 4 heures et demi de cours par jour suffisent pour que l’enfant suive le programme, ce qui reste compatible avec la vie professionnelle de deux parents. Pour l’enseignement d’une matière annexe, 20 à 45 minutes 3 à 5 fois par semaine suffisent.

Quant à la peur bien fréquente d’isoler l’enfant, Le petit journal relaie une étude estimant que les familles qui ont fait le choix de l’enseignement à distance disent en fait avoir davantage de temps à consacrer à des activités extra-scolaires avec d’autres enfants.

 

En-dehors du CNED, quelques structures privées dispensent l’enseignement à distance tels que l’école Hattemer, les Cours Sainte Anne et les Cours Legendre. Leurs cours sont régulièrement contrôlés par l’Education Nationale mais ces structures disposent d’une méthode et d’une pédagogie propres.

amazon
Economie : Amazon crée 4000 emplois en France sur l’année 2016

La création d’emploi s’amplifie chez Amazon. Depuis début 2016, le géant de l’e-commerce a déjà créé 1000 postes au total dont 550 en CDI et il n’en a pas fini.

C’est plutôt une bonne nouvelle pour les chercheurs d’emploi. Avec l’ensemble de ces postes, le nombre de salariés de la firme en CDI en France aura atteint 4 000 à la fin de l’année.

Ces nouveaux postes seront ouverts dans les quatre centres de distribution existant en France à Saran (Loiret), Lauwin-Planque (Nord), Montélimar (Drôme) et Sevrey (Saône-et-Loire). Mis à part ces postes en CDI, Amazon fait souvent appel à des intérimaires ou CDD, surtout au moment des fêtes de fin d’année.

Ces créations de postes sont considérées par l’entreprise comme le « fruit des investissements continus que réalise Amazon en France ». Le groupe a investi plus de 1,5 milliard d’euros dans l’économie française pour développer son activité.

ban_ki_moon_sahara_occidental_onu_maroc
Sahara occidental : l’ONU craint une reprise des tensions

Vendredi dernier, la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU a donné raison au Maroc, lequel pourra donc poursuivre les travaux de construction d’un tronçon routier à Guerguerate, au sud du Sahara Occidental, malgré les contestations du Front Polisario qui revendique le contrôle de ce territoire. Le Conseil de sécurité a rejeté la proposition de l’ONU visant à prendre en charge les travaux à la place du Maroc.

Une source officielle citée par L’Orient-le-jour établit que le « Maroc fera preuve de retenue » à Guerguerate et qu’il mènera à son terme la construction de cette route qui constitue un « objectif stratégique » pour le royaume. Les travaux menés à Guerguerate ayant été présentés aux membres du Conseil comme « éminemment civils et limités dans le temps », le Maroc conserve seul les moyens de les mettre en œuvre.

La situation reste toutefois sous tensions. L’ONU a déployé des observateurs dans la région et redoute « une reprise des hostilités, avec un risque d’implications régionales ».

Le représentant permanent du royaume à New York, Omar Hilale, a dit dans une interview donnée à MAP que le « nettoyage » de la zone est « impératif pour des raisons éminemment sécuritaires ». Les Forces armées royales (FAR) ont récemment démantelé un réseau international de trafic de drogue au niveau du mur de sécurité à 280 km du sud-est de Boujdour comme le rappelle Yabiladi. D’après les autorités marocaines, des membres du Polisario liés aux groupes terroristes implantés au nord du Mali étaient impliqués.

Le 28 août dernier, l’agence Reuters avait rendu public un document confidentiel du département des opérations du maintien de la paix de l’ONU accusant le Maroc comme le Polisario de violer le cessez-le-feu instauré dans la région en 1991 en y déployant des hommes armés. Hilale a néanmoins rappelé que l’opération des forces marocaines à Guerguerate n’est interdite par aucune disposition de l’Accord militaire. Il a également affirmé que le Maroc « reste attaché au respect du cessez-le-feu ».

mobile-gsm-internet
Maroc : Evolution du marché des télécommunications.

Le rapport annuel de l’Agence nationale des télécommunications (ANRT) datant de 2015 indique « une croissance annuelle de plus de 50 % » pour le secteur au Maroc. Le marché de l’internet s’affirme avec près de 14,5 millions d’abonnés dans le pays et un taux de pénétration de 42,75 % de la population.

Téléphonie :

La téléphonie mobile est assez généralisée avec 94.1% de ménages équipés d’un téléphone portable, dont 38.2% disposent d’au moins un smartphone. Pendant ce temps, la téléphonie fixe est en chute et ne couvre plus que 24% des ménages. Le taux de pénétration a diminué à 6,57% en 2015, contre 7,5% en 2014.

Internet :

Le royaume comptait environ 17.3 millions d’internautes en 2014, soit 56.8% de la population dont une majorité de jeunes puisque ceux-ci représentent 84% des internautes. 56.7% d’entre eux se connectent quotidiennement et vont généralement sur des réseaux sociaux. Selon la même source le temps passé sur les réseaux sociaux via un smartphone est plus long que sur l’ordinateur.

 

S’inscrire à la newsletter